TAP : Théatre et auditorium de Poitiers

  • previousnext
    zoom Exhibit B © Anke Schuettler
  • previousnext
    zoom Couvercle du Loto des départements « Au paradis des enfants », Paris, 1900, lithographie en couleur © Musée National de l’Éducation
  • previousnext
    zoom L'Assiette au Beurre, n° 102, 14 mars 1903 © Jossot
  • previousnext
    zoom © DR
  • previousnext
    zoom © DR

Peaux de tigre et de pouilleux
Vendredi 14 novembre

10h30-20h / exposition
TAP
ZOOS HUMAINS : L’INVENTION DU SAUVAGE
Groupe de recherche Achac et Fondation Lilian Thuram – Éducation contre le racisme
Cette exposition reçoit le soutien de la MGEN et de la CASDEN.
Voir Mardi 12 novembre



10h30-20h /
Projection en continu
TAP salle de projection - durée : 32 min
ICI ET LÀ-BAS : PAROLES D’IMMIGRÉS (2000)
Archives Canopé
Voir Mardi 12 novembre



11h / rencontre

TAP auditorium – durée : 1h30
IMAGES COLONIALES À L’ÉCOLE
animée par Anahide Franchi, avec Delphine Campagnolle et Sophie Leclercq

Avec la IIIe République, se met en place la généralisation de l’école primaire. Au même moment, l’entreprise coloniale devient elle aussi une valeur républicaine. Les progrès de la photographie et de la presse popularisent les images parmi lesquelles le motif colonial tient une place de choix. Ces images du monde colonial se multiplient aussi à l’école. Manuels, affiches, jeux, nombreux sont les supports de cet imaginaire. Des années 1880 aux années 1950, quelle est la place de ces images coloniales dans la construction du roman national scolaire ? Quelles représentations de l’Autre véhiculent-elles ? Ces questions seront évoquées à partir d’images issues du musée national de l’Éducation.

Delphine Campagnolle est responsable de la direction de la conservation et du patrimoine, directrice adjointe, musée national de l’Éducation (Canopé).

Sophie Leclercq est chef de projet transmédia arts et culture à Canopé, chargée d’enseignement à Sciences Po, docteur en histoire culturelle.

Anahide Franchi est coordinatrice à la Délégation Éducation et Société de Canopé.



14h30 / table ronde
TAP auditorium – durée : 1h30
RÉSISTANCES ET REBELLIONS DANS LES EMPIRES COLONIAUX
animée par Laurent Colantonio et Sébastien Jahan, avec Catherine Coquery-Vidrovitch et Julie d’Andurain

Les phénomènes de résistance à l’ordre colonial, qui prirent parfois la forme de révoltes sociales ou de rébellions collectives, invitent à questionner la construction de la domination coloniale, à interroger la façon dont les « indigènes » ont tenté de la subvertir et à renoncer à présenter ces populations uniquement comme des masses inertes subissant la domination venue d’ailleurs.
Cette table ronde propose d’ouvrir le débat, à partir de quelques études de cas qui nous conduiront des confins de l’empire portugais d’Amérique au 17e siècle à l’Afrique « française » des 19e et 20e siècles, en passant par l’Irlande, même si l’histoire de cette île au 19e siècle ne peut s’écrire au prisme unique de la « condition coloniale ».

Julie d’Andurain, agrégée et docteure en histoire, est actuellement chargée de cours à la Sorbonne et directrice d’un bureau de recherche à l’École militaire. Ses travaux portent sur le monde colonial, étudié par le biais des réseaux militaires. Elle a publié La Capture de Samory chez Soteca en 2012.

Catherine Coquery-Vidrovitch est professeure émérite à l’Université Paris 7, spécialiste d’histoire africaine, et l’auteure de nombreux ouvrages, dont, à La Découverte, Petite histoire de l’Afrique (2011) et Être esclave, avec Éric Mesnard (2013), ainsi que Le Rapport Brazza 1905 (Le Passager clandestin, 2014).

Laurent Colantonio, maître de conférences à l’Université de Poitiers, travaille sur l’histoire contemporaine de l’Irlande, en particulier sur les mouvements nationaux au 19e siècle. Il est l’auteur, avec Fabrice Bensimon, d’un volume récemment paru sur La Grande Famine en Irlande (PUF, 2014).

Sébastien Jahan, historien moderniste à l’Université de Poitiers, spécialisé dans l’étude des phénomènes migratoires et de leur impact sur les sociétés, s’intéresse aussi à la colonisation de l’Amérique. Il a co-dirigé avec Alain Ruscio : Histoire de la colonisation. Réhabilitations, falsifications, instrumentalisations (Les Indes Savantes, 2007).



16h30 / table ronde
TAP auditorium – durée : 1h30
L’ALTÉRITÉ COLONIALE ET POST-COLONIALE : TEXTES, IMAGES, VOIX.
animée par Michel Briand, avec Michel Riaudel, Solange Vernois, Florence Filippi

L’étranger ne nous ressemble pas, jusqu’à ce qu’on le reconnaisse en nous. Voilà pourquoi il est autant ce que cherche à réduire l’esprit colonial, en mal du même, que ce qui le travaille et fascine. Drame dont témoignent la littérature, les arts visuels ou le théâtre, au cours de la période du colonialisme triomphant comme dans les retombées post-coloniales. Y revenir aujourd’hui, c’est, à la lumière de ce passé, se demander quelle place lui est faite à présent, mais c’est aussi explorer sa puissance troublante et fécondante pour la pensée et l’imaginaire.

Florence Filippi est maître de conférences en études théâtrales à l’Université de Poitiers. Ses travaux portent notamment sur l’histoire de la mise en scène (18e – 19e s.) et sur l’acteur et le vedettariat. Elle a publié une édition critique d’Abufar ou la famille arabe de Jean-François Ducis (1795).

Michel Riaudel est professeur à l’Université de Poitiers (département d’études portugaises et brésiliennes). En faisant du transfert un opérateur central de littérature (intertextes, traduction, circulations…), ses recherches comparatistes interrogent la capacité des systèmes de savoir à se transformer.

Solange Vernois est maître de conférences habilitée en histoire de l’art, à l’Université de Poitiers. Ses travaux portent notamment sur les relations entre les arts en particulier à travers le dessin de presse (fin 19e s. – début 20e s.) et la caricature.

Michel Briand est helléniste, professeur à l’Université de Poitiers et vice-président délégué à la recherche. Ses travaux et enseignements portent notamment sur les représentations modernes et contemporaines de l’Antiquité classique. Dernier ouvrage : Pindare. Olympiques, Les Belles Lettres, Commentario, 2014.



18h > 22h / installation théâtrale et musicale
Musée Sainte-Croix – durée : 20 min.
réservation indispensable
en coréalisation avec le Musée Sainte-Croix.
Exposition déambulatoire non accessible aux personnes à mobilité réduite
EXHIBIT B
création Brett Bailey - directeur technique Raphaël Noël - avec Machita Doucoure, Alexandre Fandard, Guillaume Mivekannin, Éric Abrogoua, Jelle Samminadin, Jean-Philippe Mpeng-Backot aka « Soon » (distribution en cours) - chorale de Namibie Marcellinus Swartbooi, Chris Nekongo, Lelsey Melvin Du Pont, Avril Nuuyoma
Plus d'infos



18h30 / sortie d’atelier / lecture / rencontre
TAP plateau B – durée : 1h15
INVASION !
texte de Jonas Hassen Khemiri – traduction Susanne Burstein (avec la collaboration d'Aziz Chouaki)

Première pièce de l’auteur suédois d’origine tunisienne Jonas Khemiri, Invasion ! parle avec beaucoup de finesse et un humour grinçant d’identité, du racisme et de la peur de l’autre. Sur fond d’autobiographie, elle pointe les glissements sémantiques qui, peu à peu, stigmatisent les différences et cristallisent le fantasme de l’étranger « dangereux ».
Dans le cadre des Ateliers de lecture contemporaine, les élèves en art dramatique du Conservatoire de Poitiers proposent une lecture de cette pièce suivie d’une rencontre avec Mariane Ségol-Samoy, traductrice, qui permettra l’exploration littéraire et dramatique de l’œuvre de Jonas Khemiri.

mise en lecture Jean-Pierre Berthomier
rencontre animée par Thibault Fayner  



20h / cinéma
TAP castille – durée : 1h26

L’EMPIRE DU MILIEU DU SUD
France - 2010 - réalisation Éric Deroo et Jacques Perrin

Sur des images d'archives inédites du monde entier qu'accompagnent des textes de la littérature vietnamienne, française et américaine, Jacques Perrin et Éric Deroo retracent l'histoire fascinante et douloureuse du Viêt-nam, de la colonisation française à la chute de Saigon.
« C'est l'un des plus beaux documentaires que l'on ait vus depuis longtemps. Patiemment construit, parmi des tonnes d'archives, par deux passionnés de l'Indochine, (...) ce film est une trajectoire fascinante, entre colonisation et résistance, habillé de textes-témoignages. » Le Parisien

Rencontre avec Éric Deroo à l’issue de la projection de Paris couleurs, un siècle d’immigration en images.
 
Ven 14.11.14 TAP 0
  • SitePlaylistTap

dezoom next previous